samedi 30 mai 2015

Etat chronique de poésie 2489





2489

Perdre pour mieux chercher

Ouvrir les portes du silence

A la vague furieuse du temps

Un clin d'oeil du ciel plombé

Tombe sur nos souvenirs béants

Ici commence l'avenir clair

Sur le pas de ta porte entrouverte
.
Derrière les murs de béton

Voguent la mémoire sans voile

Perdre perdre sans limite

Pour mieux chercher l'introuvable

Perle délaissée sur les rives

Roulant de vague en vague

Infime lumière trop vite étouffée
.
Perdre pour mieux chercher

En l'aube délicatement éperdue

L'âme et le corps en émoi

De n'avoir pas su t'ouvrir

Aux lames de fond d'un temps

Aux abois d'avoir trop attendu

Tes mains tremblent de froid

*

C'est en pure perte
Que salive se démène
Pour articuler sons
En phrase bien tournées
.
Ce qu'il faut
Ne doit rien dire
Du tourment
.
Poésie ne peut clamer
Poésie ne peut entrer en colère
Poésie doit parler de vos rêves
Sirupeux sommeils
Où le monde est si beau
Que nul ne songerait
A en contester les bases
.
Le poète pour avoir sa médaille
Se doit d'aller au pas commun
Ne sortant du lot que par jolies tournures
Où tant pataugent dans la boue
.


21-24 mars 2015

© Xavier Lainé, avril 2015, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire