mercredi 27 mai 2015

Etat chronique de poésie 2486





2486

Te voilà rêveur
En la rencontre de Pétrarque
Et Laure effacée

*

Tes pas sur le sable
Juste avant la marée
En l'équinoxe de ces temps
Cherchent saison favorable
.
Ombres
Ombres sur le tableau
De tes jours perdus
Où d'amour sans
Tu allais
D'exil en exil
Petites larmes versées
Dans les froids matins
De tes révoltes enfouies


*


Désormais tu sais
Tout l'artifice des mots
Le danger de leur marée
Déversée aux heures pâles
.
Tu devines tant de regards
Derrière le paravent des pages
Ouverts à tes errances

*

Ne pas flancher
Ne pas quitter tout à fait
Le territoire des écritures
Perdues et retrouvées
Vaines paroles
Inaudibles
.
Tu voyages
Changes d'horizon
Quittes le blême et le sordide
Où se complaît ton temps
.
Regardez donc
Gens de passage
En quelle amertume nous plonge
Un monde sans échine
Un monde sans grandeur
.


14 mars 2015 

© Xavier Lainé, mars 2015, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire