dimanche 24 mai 2015

Etat chronique de poésie 2483





2483

Sous l'emprise de la beauté
Va cœur soupirant
Cueillir les petits mots de l'aube
.
Que le temps s'évade sous tes pas
Que la parole se fasse vaine
Rien ne change sur ta planète
.
Toujours tu luttes
Tu combats
Par la seule force des pensées
L'ombre terrible des certitudes

*

Quelque chose est grippé
Qu'aucun vaccin ne saurait enrayer
Puisqu'ignoble barbarie se répand
.
Tu voudrais
Parvenu au crépuscule
Répandre parole joyeuse
Laisser tes mains défaire
Le corsage de l'amour
.
N'est que honte et tyrannie
Où l'homme descend d'un étage
A chacune de ses ignominies

*

Combien de poèmes
Ecrits en vain
Clamés dans la rougeur
D'un couchant effrayé
.
Combien de clameurs
Montées à gorges perdues
Dans ce désert d'hommes sans cœur
Sans esprit sinon leur idolâtrie
.
Combien de cris suppliciés
Combien de larmes répandues
Pour qu'un soupçon d'humain
Pointe au détour d'une page
Dans une aurore flamboyante

*

Tu rêves sur cette rive
D'oiseaux heureux
.


9 mars 2015

© Xavier Lainé, mars 2015, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire