vendredi 24 avril 2015

Etat chronique de poésie 2454





2454

Un jour je m'en irai très loin
Je pousserai les limites
Franchirai les frontières aveugles
.
Si long le chemin ouvert
Sur les rêves ardents
.
J'irai par celui-là
Qui est le plus étroit
Qui tourne le dos
A toutes les dominations
.
Il leur faut tant de sang
Aux assoiffés d'or
Qu'à ramer sur leurs galères
Tu t'épuises camarade
.
Si long le chemin ouvert
Sur les rêves ardents

*

Voyez en quel climat
Nous faut vivre
Qui ne cesse
De se mentir
.
Démission
Puisque insurrection
Jamais n'arrive

*


Ouvrez donc la cage
Où folles idées volètent
D'un perchoir à l'autre
Derrière les grilles froides
.
Ouvrez donc les frontières
Aimez-vous donc
Sans bornes
Jetez aux orties
Les présomptions coupables

*

Les yeux ouverts sur un matin glacial
Tu vas de tes doigts détricoter
L'écharpe étouffante d'un jour sans gloire
.
Froid en dedans comme au dehors
.


30 janvier 2015

© Xavier Lainé, février 2015, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire