lundi 30 mars 2015

Etat chronique de poésie 2437





2437

Puisqu'il faut toujours un lendemain à l'histoire
Et que chacun rentré dans ses pénates
Aura souci c'est sûr désormais
De changer les bases
Changer de vue
Changer de vie
.
Puisque ce n'est pas tout de marcher
Encore faut-il savoir à peu près
Vers quoi et pourquoi suivre le chemin
C'est beau un peuple réuni
C'est moins beau que naïf il tombe
Entre les griffes des bonimenteurs
.
Puisqu'il faut toujours en revenir
De ces sommets de fraternité
Provisoires et éphémères instant
Qui font regarder un peu devant
Puis vite rentrer au bercail
Des désillusions mortifères
.
Puisqu'il faut redescendre des nuées
Reprendre le collier de chaque jour
Puisqu'il faut vivre et s'accommoder
Des restes et des séquelles
Tandis que devant vont en costume sombre
Les législateurs de nos déchéances
.
Puisque main dans la main ils avançaient
Savaient très bien où mener la foule
Inévitable foule compacte en mal de père
En mal d'avenir et de pensée
Si prompte à confier son destin
Aux mains crochues
Des soutiers du capital
.
Puisque toujours il faut un lendemain à l'histoire
Et que chacun rentré dans ses pénates
Devant le poste qui lave plus blanc
Attendra que ça change
Sans un geste sans un bruit
Pieds au chaud dans ses pantoufles

*

Voici donc le pire
Lorsqu'à l'affolement succède le quotidien banal
.


12-18 janvier 2015

© Xavier Lainé, janvier 2015, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire