dimanche 29 mars 2015

Etat chronique de poésie 2436





2436

Regarde un peu et vois donc
Dans les traits de l'homme fatigué
Toute l'histoire d'un monde perdu
.
Quelque chose est brisé
Saurez-vous inventer la colle
Le pansement sur la plaie
.
Avant qu'il soit trop tard
Saurez-vous aussi nombreux
Prendre le chemin de l'étranger
.
Car c'est lui qui vous montre le chemin
C'est lui qui est parti depuis si longtemps
Toujours chassé toujours honni
.
Regarde un peu et vois donc
Dans les traits de l'homme épuisé
L'histoire d'un monde à reconstruire

*

Si les fondations étaient d'amour
Les couronnes seraient de cœurs tressés
La vie palpiterait en ses veines
Le monde serait humain
Petit sourire aux lèvres
Rêves déposés à l'infini de ses surprises
.
Je t'invite
Ami de rencontre
Puisqu'ici tout demeure à inventer
D'un horizon à l'autre
.
La vie nous attend
Tissée en silence et musiques absolues
Elle frémit de nos attentes vaines
Elle nous regarde debout sur ce quai
Puisque nous sommes en éternel voyage

*

Tellement absent que je reste sur le seuil
Pour ne pas déranger tes utopies
Tes rêves d'amour absolu
Ta tendresse apeurée de mes silences
.
Je veille sur tes rives 
J'avance dans le crépuscule
.


11-16 janvier 2015

© Xavier Lainé, janvier 2015, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire