vendredi 27 février 2015

Etat chronique de poésie 2410





2410

Ainsi donc me pliais
Aux vœux d'une belle âme
Qui me laissa brûlant
De lui baiser les lèvres
Mains affolées
Délivrant du carcan d'un caraco
Les seins ardents
Et la peau de velours
.
Ce fut de flamme
Que j'avançais
Dans le crépuscule
Mes lèvres auraient embrassé
Des constellations de rêves
Pour un instant damné
En tes bras imaginés
.
J'allais de mon pas
Somnambule à ce qui est
Funambule du désir
Sur le fil de ta beauté

*


Sauras-tu un jour
Ce que la seule perspective
De ta nue beauté
Offrait à mes rêves
.
Saurais-tu un jour
Démêler l'écheveau
De cette tension sourde
Lorsque ton silence venait
En réponse à mes inquiétudes
.
Je suis las
Las de vivre

*

Las de vivre sais-tu
En ce monde qui ne sait
Dégrafer un corsage
Qu'en viles impostures
Qui ne sait la subtilité
Ni le souffle court
D'un amour sans mauvais fard
D'un désir qui soit partage
Entre deux coeurs attentifs
.


20 décembre 2014

© Xavier Lainé, décembre 2014, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire