mercredi 24 décembre 2014

Etat chronique de poésie 2360





2360

Parfois le dimanche se fait gris
Bleus à l'âme qui vacille
Froid au dedans
.
Je vais faire le café
Je reviens à l'orée de tes rêves
Le jour bercera notre tendre silence

*

Bien sûr ici nous sommes loin
Du bruit des armes
De la douleur des famines
.
Alors on consomme
On dépense sans compter
On oublie de s'aimer
.
Alors… Je saigne !

*

Mais peut-être au fond
Y avait-il en ces temps
Une forme d'intelligence
.
Qu'en reste-t-il désormais
Où les mots sont détournés
Balayées les franches amitiés
.
Mais peut-être au fond
L'objet d'esprit si bien dit
En mots rimés et sans raison
Fut-il notre horizon
Obscurci pour longtemps

*

Et puis un jour
Ne reste que l'amour
Ultime survivant
Du monde des ombres

*

De ces ombres discourtoises
Ne subsiste que murs
Certains vont célébrant
La chute d'un seul
Quand de partout monte
Le béton des dogmes établis
.
Il ne reste vie qu'en l'amour vrai
.


9 novembre 2014 

© Xavier Lainé, novembre 2014, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire