lundi 22 décembre 2014

Etat chronique de poésie 2358





2358

Une mer éclatante
Et la foule aux pas pressés
.
Me voilà embarqué
Sur la felouque
De mes rêves d'Orient
.
Enfant vois-tu
J'arrivais de l'autre rive
Ne voyait rien qu'If
Aux matins de doux retours
.
Une mer éclatante
Et la foule aux pas pressés
.
Combien de langues
Pour faire un peuple
Combien d'échanges
Combien de dialogues
Pour faire une langue
.
Me voilà embarqué
Sur la felouque
Rêveur du temps passé
.
Si jeunes et éclatants
Au grand soleil d'automne
Vous alliez d'un bon pas
Crier d'indignation
Vous jetiez à la mer
La mémoire et l'outrage
.
Me voilà embarqué
Sur la felouque
Rêveur du temps présent

*

Embarqué je franchis les digues
Je rompt les amarres
M'enfuis où bras s'ouvrent
.
Mes lèvres assoiffées de liberté
Boivent à celles d'un autre monde
Où tu te tiens en ta nue beauté
.
Je vais avec amour au cœur
.


7 novembre 2014 

© Xavier Lainé, novembre 2014, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire