mardi 28 octobre 2014

Etat chronique de poésie 2315





2315

Au bord de l'abîme
Ta demeure
.
Dessus ciel de brume
Et d'eau 

*


Nuit attardée
Sur les semelles de l'aube
.
Pensées évanouies
Sur pages sans avenir
.
Tu cueilles ultimes fleurs
Partages parcimonieux bouquet
Juste avant effacement

*

Tant qui vont
En narcissiques cortèges
Se montrent et s'admirent
Louent leur propre prose
Si fiers d'eux qu'ils en suent
Suffisance

*

Point de cet univers
Toi qui navigue au secret
Ton île ne dit rien
Elle t'accueille sans un mot
.
Blotti en son antre
Tes yeux fermés
Ne savent se détacher
De la cohorte des cadavres
Voguant sur Mare Nostrum
.
Tu te caches pour pleurer
Voudrait savoir être fier
De tes mots invisibles
A détruire une fois la boite ouverte

*

Ephémère vision d'autres frontières
Ton voyage se poursuit
Quand tu n'aurais point voulu
Pousser si loin en l'âge
.
C'est miracle d'écrire encore
.


1er octobre 2014

© Xavier Lainé, octobre 2014, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire