lundi 27 octobre 2014

Etat chronique de poésie 2314





2314

Tu vois ce qui vient
Non tu ne vois rien
Tu te contentes de regarder
Et de penser comme on te le dit
.
Ton regard ne sait plus vivre
Sans la permanence
De sons et d'images
Déversés par tombereaux
Sur la table de ta cuisine
.
Tu manges et bois
Dors et baises
Devant l'écran
Plus rien n'a de valeur
Sinon images et sons
Cacophonie du monde

*

Désespérément cherche
Petite oasis de douceur
Pour pensées émiettées
.
Ne sais comment t'y prendre
Perdu le mode d'emploi
Vogue et va
En grands avis de tempêtes
Sur l'océan impitoyable
Où dérivent tes mots

*

Quelque chose s'est brisé
Tu as cassé tes jouets
Fermé derrière toi les ultimes portes
Laissé champ de larmes
En te réclamant de l'amour
.
Rien qui sache te rassasier
Rien qui puisse te désaltérer
Aucune source
Aucun pain amoureusement pétri
.
Tu arpentes les sentiers de chaque jour
Gravi des sommets d'espérances vaines
Toujours ton cœur saigne
Les trottoirs pleurent
Sous des roues de chagrins
.


29-30 septembre 2014

© Xavier Lainé, octobre 2014, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire