vendredi 26 septembre 2014

Etat chronique de poésie 2290



2290

C’est lassitude que de vivre
Peur au ventre et chute toujours probable
.
Voir s’agiter autour de lui-même le petit monde des lettres
T’invite à remiser plumes et carnets
Au grenier d’une vie sans illusions
.
Puis vague t’en vas
Dos fourbu d’avoir trop espéré
Et jamais rien obtenu

*

Liquidées les ultimes pages
Tu regardes
Dans l’âtre
Le feu des mots rougir en petites braises
.
Et puis tu chantes
Ce n’est d’abord qu’un murmure
Mais repris de voix en voix
Ton chant se fait cri

*

Tu planes au dessus
Effleure de tes rêves les fausses joies
Signe de ta plume
Le long cri des mains tendues
.
L’harmonie est affaire de patience
Et si le chemin en est rude
C’est qu’il te faut encore beaucoup apprendre

*

Tant de bruit et de fureur
Lorsque sort se trouve mal confié
.
Il ne faut qu’un pas
Pour passer de l’ombre
A la lumière de ton sourire
.
A consommer sans limite
Tu vis avec peine

*

Sur les paupières du matin
J’écris en lettres bleues
La croisée de nos regards
.
Ici je demeure où l'amour ne se dit
.


26 août 2014

© Xavier Lainé, septembre 2014, tous droits réservés

2 commentaires: