mercredi 24 septembre 2014

Etat chronique de poésie 2288



2288

J’aurais bien mieux à faire qu’écrire
Mais ne sais pas quoi

*

Tu vois
Un pinceau à la main
M’en vais repeindre
Ce temps
De couleurs plus chatoyantes


*

Parfois tu te demandes
Si tenir les yeux ouverts
Ne serait pas ton seul et unique travail

*

Plus rien à dire pour ta défense
Dès l’instant que l’homme de loi et de pouvoir
Sur de lui
Parle

*

A la lune rieuse
Face blanche au mur noir des rêves
Tu dictes d’étranges mélopées

*

Pas une hirondelle qui sache faire printemps
Au ciel blanc d’idées généreuses

*

On aurait cru l’heure des larmes venues
Un grand vent en a dispersé la semence

*

Voici que l’aube tire à elle
La couverture de douces nuées
Et laisse les mots errer
Sur le long fleuve de tes rêves

*

Tu puises en la malle des souvenirs
Les savoirs enfouis
Les tire hors du sable
Et construit ton nid

*

Ta plume s’étonne
Des mots gravés
Au blanc permanent
Des pages insensibles

*

Tu pourrais faire comme si et sourire
Mais le sol tremble
.


24 août 2014 

© Xavier Lainé, septembre 2014, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire