dimanche 24 août 2014

Etat chronique de poésie 2265



2265

Attendre sans impatience
User du jour comme un moment
Douloureux parfois
Où laisser le temps s’étirer
.
Dehors c’est haleine brûlante
Saison caniculaire
Souffle court
.
Dedans s’ouvre un autre territoire

*

Tu aurais cru savoir
Mais il te fallait sans cesse chercher quoi
Puisque tout toujours t’échappe
Que rien ne se stabilise
Sauf au début et à la fin
.
Tu ne demandes rien
Tu arrives sur la terre
Y fait ton petit tour
Cahin
Caha
Puis t’en absentes
Presque sans trace

*

Humble parmi les humbles
Sais-tu seulement ce qu’est vivre
Lorsque tant perdent corps et âmes
Entre les murs obscurs
Dressés de mains d’homme
Sur le sentier de leur avenir
.
Sais-tu seulement lire
Le chant perpétuel
Légué entre les pages
Où demeurent tes doutes
Dans la marge des incertitudes
.
Ce que l’homme écrit
Prend teinte sombre
Lorsqu’il refuse de se voir
Au miroir de cet autre tué
C’est lui-même qu’il assassine
Sans que remords le prennent
.


24 juillet 2014 

© Xavier Lainé, août 2014, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire