jeudi 31 juillet 2014

Etat chronique de poésie 2253



2253

Il vaudrait mieux ne plus rien afficher
Prendre les maquis du silence
Pour ne plus troubler la sieste estivale
Des touristes permanents
.
Bien sûr tant de poètes
Estampillés en des annuaires de confidence
Savent parfaitement aligner
Les mots sur des pages sans convictions
Le bon poème officiel
Serait celui qui ne dit rien
De l’étendue des misères
De la soif de liberté
Du besoin impérieux de vivre
Autrement qu’en esclave
.
Je n’en suis pas
N’en déplaise aux jeteurs de sorts
De ce monde sous étiquettes
Je n’en suis pas
Ne mange pas de ce pain là
Qui s’épanche en sirupeuses odes
Sans un regard pour cet éternel autre
Crevant de faim devant les tours d’ivoire
.
Je n’en suis pas
Revendique et vitupère
Acariâtre et atrabilaire
Tiens à mon pavé quotidien
En la mare des grenouilles reconnues

*

Rien à voir avec un poème
Retournez donc à cette digne littérature
Qui vous conforte en vos indifférences
.
Je dis qu’un seul homme qui crève
Un seul enfant assassiné
Une seule femme violée
Sont encore trop
A mes pages trop blanches
.
Ma plume en détournant son regard
Serait trempée dans leur sang
Ma page éclaboussée de leurs lentes agonies
.


8 juillet 2014

© Xavier Lainé, juillet 2014, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire