mercredi 30 avril 2014

Etat chronique de poésie 2192



2192

Je mettrai sur la table
La somme de ce qui se dit
Ecrit et fait
.
La somme des faits
Et de tes gestes
Ferait une aubade
Puisque de ta musique
Fut seul porteur
M’en ferait colporteur
.
Ne sais très bien
Ce que naissance implique
En ces siècles prédestinés

*

Je t’écoute et regarde
Penché sous la lueur vacillante
.
Un flambeau brille
Dans la nuit viennoise
Tu as laissé perruque poudrée
Sur la table des cartes
.
Je t’écoute et regarde
Penché sous la lueur vacillante
.
Ta main griffonne
S’énerve et rature
Puis revient
Et froisse
.
Je t’écoute et regarde
Penché sous la lueur vacillante

*

Je suis le voyageur d’un temps
Qui ne t’aurait pas reconnu
Tant occupé qu’il est
A d’autres pacotilles
.
Dès lors il détourne
L’œuvre et l’esprit
Pour en faire son commerce
Te voilà proie enterrée
Soumise à la dictature de la monnaie
.


6 avril 2014

© Xavier Lainé, avril 2014, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire