mardi 29 avril 2014

Etat chronique de poésie 2191



2191

N’es jamais où devrait être
Toujours en un ailleurs
Dans le sillage de tes rêves
.
Arpentes solitaire
Les trottoirs indéfinissables
Où se couche la lie
Fiel répandu sous les pas nantis
.
J’irai en indicible guerre
Porter paroles pacifiques
Aux secrètes âmes
Pleurant sur le sort honteux
Qu’hommes savent infliger
A celles et ceux
Qui ne leur ressemblent pas

*

Je suis de mots couverts
Tricotés à même la peau
De mes rêves informulés
.
Vous m’invitiez
A partager la mémoire
J’ai tant tourné
Cherchant place
Que désespéré me suis enfui
Petite blessure au ventre
De n’avoir pas su tenir

*

Ainsi vais-je
Si semblable à tant d’autres
Qu’en invectives
Je conspue
Pour tantôt rentrer
En mes pénates de confort
Tandis qu’ailleurs
L’âge au front
Vous ruminez
Ce que l’histoire nous apporte
Que nous ne savons cultiver
.
Ainsi vais-je
Si semblable en mes déficiences
Que ma parole reste vaine
.


5 avril 2014

© Xavier Lainé, avril 2014, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire