lundi 28 avril 2014

Etat chronique de poésie 2190



2190

D’inquiétude tu avances
Mais te demandes chaque jour
Vers quel naufrage t’emmène
.
Dès lors tente de contenter
L’heure avec oubli de ce qui suit
Amnésie de ce qui précéda
Le cataclysme d’une vie

*

J’ai traversé l’espace
Où se déclinaient
Intimes souffrances
Petits heurs ou malheurs
Tressés en nœuds serrés
Dans l’empreinte de vos mouvements
.
Je chausse mes lunettes
Avec doigté cherche et explore
Ne sais jamais quoi trouver
Mais voilà que profonde vérité
S’offre aux regards incrédules

*


J’aurais du prendre le temps
Mais il ne s’est pas laissé faire
.
Alors de dépit suis rentré
Sans même émettre un mot
Aux débats estimés nécessaires
.
Je suis rentré un peu meurtri
Douze vous fûtes
Douze en plaintes
Ou discrètes reconnaissances
.
Douze qui me laissèrent
A l’orée du crépuscule
Amer et hésitant
.
Quel est ce plat de résistance
Qui jamais ne se déguste
Et te laisse pantois
Sinon service d’amertume
De ne pouvoir écrire plus
Sur le front d’un jour blême
.


4 avril 2014

© Xavier Lainé, avril 2014, tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire